-aison


-aison

⇒-AISON, -ISON, -OISON, suff.
Suff. essentiellement formateur de subst. d'action.
I.— Action de (+ inf. du verbe de base)
A.— [La base est un verbe trans.]
-aison :
combinaison « organisation précise de moyens en vue d'assurer le succès d'une entreprise »
comparaison « action d'envisager ensemble 2 ou plusieurs objets pour en chercher les différences »
conjugaison rare, « fait de conjuguer [les efforts, etc.]; ensemble des formes verbales »
crevaison « action de crever; son résultat »
cueillaison « action de cueillir (surtout fig.) » (cf. infra rem. 2)
fauchaison « action de faucher »; synon. de fauchage (cf. infra rem. 2)
liaison « action de lier »
livraison « remise matérielle d'un objet »
ouvraison technol., « action d'ouvrer, de mettre en œuvre (les soies grèges) »
pendaison « action de pendre quelqu'un »
plumaison rare, « action de plumer un oiseau »
salaison « opération par laquelle on sale »
tomaison « indication du numéro du tome »
tondaison vx, « tonte »
-ison :
trahison « action de trahir »
B.— [La base est un verbe empl. intrans. ou pronom.]
-aison :
calaison mar, « enfoncement d'un navire suivant son chargement »
défeuillaison didact, « chute des feuilles »
démangeaison « sensation qu'on éprouve au niveau de l'épiderme et qui excite à se gratter »
diphtongaison « fait de se diphtonguer »
grenaison « formation du grain des céréales »
inclinaison « action de pencher » (inclination s'emploie au sens figuré)
liaison « action de se lier »
nouaison « transformation de l'ovaire de la fleur en fruit » (cf. nouure)
pendaison « action de pendre, de se pendre »
-ison :
guérison « fait de guérir »
-oison :
pâmoison « fait de se pâmer »
C.— Rare. [La base est un subst.] :
harengaison « pêche au hareng »
olivaison « récolte des olives »
Rem. 1. Le suff. peut servir à exprimer en outre
a) Très rarement, l'agent : garnison « troupes qui assurent la défense d'une place ».
b) Plus fréquemment
L'obj. auquel aboutit l'action ou le moyen grâce auquel elle s'accomplit :
déclinaison « gramm., ensemble des formes que prennent les noms, pronoms et adjectifs des langues à flexion »
exhalaison « ce qu'un corps exhale » (cf. exhalation « action d'exhaler »)
livraison « partie d'une publication livrée aux souscripteurs au fur et à mesure de l'impression »
terminaison « cour., fin d'un mot considéré sous un aspect quelconque »
L'aboutissement de l'action ou l'état qui en résulte :
combinaison « état de ce qui est combiné »
inclinaison « état de ce qui est incliné »
liaison « état de personnes liées entre elles hors mariage »
Rem. 2. Un certain nombre de subst. en -aison appartiennent au vocab. des techniques agricoles : cueillaison, défeuillaison, effeuillaison, fauchaison, feuillaison, floraison (également lang. cour. et littér.), grenaison, nouaison. Cf. aussi épiaison, synon. de épiage et épiation « développement de l'épi dans les céréales » (Lar. 20e) (cf. étymol. B 2).
II.— Durée de l'action, époque, saison.
A.— [La base est un verbe] Durée de l'action, époque à laquelle elle a lieu :
couvaison « temps pendant lequel les oiseaux couvent leurs œufs »
cueillaison « époque où l'on cueille les fruits »
fauchaison « époque où l'on fauche »
fenaison « époque à laquelle on coupe les foins »
pondaison « saison de la ponte des oiseaux »
B.— [La base est un subst.] Espace de temps :
cervaison « époque où le cerf est gros et bon à chasser (de juin à mi-septembre) » (Lar. 20e)
cuvaison « séjour et fermentation du moût de raisin dans les cuves »; synon. de cuvage
harengaison « temps où a lieu la pêche au hareng »
lunaison « intervalle de temps compris entre 2 nouvelles lunes consécutives »
nuaison mar, « durée d'un même vent »
olivaison agric., « saison où se fait la récolte des olives »
porchaison chasse, « saison pendant laquelle le sanglier est le plus gras »
Morphol. — Var. morphol. du suff.
-oison, anc. forme de -aison qui s'est maintenue en fr. mod. dans le terme littér. pâmoison.
-ison s'accole uniquement à des verbes du 2e groupe : garn-ir/garnison, guér-ir/guérison, trah-ir/trahison.
-aison s'accole princ. à des verbes du 1er groupe : combin-er/ combinaison, li-er/liaison.
ou du 3e : pend-re/pendaison, tond-re/tondaison.
Étymol. ET HIST.
A.— Étymologie
-aison remonte au lat. - par l'intermédiaire de formes en -eison, -oison que l'on rencontre dans l'anc. lang. : oreison, veneison, coltivoison, livroison, mangeoison, etc.
-ison remonte au lat. - : trahison < .
B.— Vitalité et productivité
1. Vitalité. — L'analyse se fait en gén. très facilement, qq. ex. seulement ne sont pas analysables en fr. mod., en raison de l'absence en fr. ou de la disparition du verbe corresp. :
cargaison, de l'esp. cargar « charger »
fenaison, de fener, anc. forme de faner
véraison, du prov. vairar « commencer à prendre des couleurs, à mûrir » (mais véraison peut aussi être directement emprunté au prov. vairason)
Dans qq. mots héréditaires, le suff. reste reconnaissable en raison de l'existence du rad. dans des mots de la même série morphol. :
oraison lat. (cf. cependant oratoire, adorer, ...)
venaison, du lat. « chasse, gibier », de venari « chasser » (cf. cependant veneur, vénerie)
2. Productivité. — -aison a formé de nombreux subst. d'action en a. fr. : abitoison, acordoison, arestaison, avalaison, caugueson, donoison, forcenaison, formaison, garantison, mostraison, vendangeaison...
Dès le XVIe s., il cesse de former de nouv. dér., et il est de plus en plus remplacé par le suff. sav. -ation : alteraison/altération, dérivaison/dérivation, formaison/formation, inclinaison (encore utilisé au sens concr. et en géom. ou en astron.)/inclination ...
Il a été parfois éliminé par -ance : délivraison/délivrance.
Le nombre des dér. en -aison qui subsistent en fr. mod. est relativement peu élevé, et le plus souvent ils sont utilisés dans la lang. techn. (agric., gramm.). Crevaison et épiaison ont été récemment enregistrés ds Pt Lar. 1963 (cf. DUB. Dér. 1962, p. 31), mais ce sont des cas de réutilisation de mots anc. dans des lex. très spécialisés (dans le cas de crevaison [de pneus de bicyclette ou d'automobile] où il s'agit d'une techn. très pop., on peut cependant se demander si on n'est pas en présence d'une formation nouvelle à partir du verbe crever très empl. dans la lang. techn.).
C.— Signification
1. Déjà en lat., le suff. s'employait dans la lang. de l'agric., pour indiquer le temps de la maturité ou de la récolte : ficatio « saison de la maturité des figues », olivatio « saison de la récolte des olives »
2. Noter en a. fr. : jeünaison « temps du jeûne », moustaison « époque de la vendange » (littéralement de la formation du moût) »
BBG. — BALDINGER 1950, p. 249. — DARM. 1877, pp. 85-86. — DUB. Dér. 1962, p. 31. — LEW. 1960, pp. 55-56; p. 122.

-aison
Suff., du lat. -sio, -sionis, qui a formé de nombreux noms avant d'être éliminé par le suffixe -ation (comparaison, démangeaison, fenaison, etc.).
Exemple littéraire de ce suffixe pour former des substantifs verbaux :
0 (…) la plantaison de la tête sur les épaules par l'intermédiaire, par le ministère de la nuque (…)
Ch. Péguy, la République…, p. 266.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.